François Coty à l’honneur

par Sophie

Le parfum “Émeraude” a 100 ans !
Il y a 100 ans, François Coty le parfumeur le plus en vogue de son époque, lançait sur le marché
sa nouvelle et dernière création : le parfum Émeraude, subtil parfum oriental ambré doux au parfait équilibre entre la note poudrée, la note florale et la note hespéridée soulignées par les traditionnelles infusions de ce début du XXe siècle

 

Si nous sommes très émus par ce centenaire célébré par l’association François Coty le 2 décembre prochain à l’Hôtel Lutétia à Paris, c’est que le château d’Artigny garde vivante l’empreinte du parfumeur qui l’avait fait bâtir (les travaux de construction débutèrent en 1913) tel qu’il l’avait rêvé : de style XVIIIe et fastueux .

La rotonde du Chäteau d’Artigny

En smocking noir réhaussé d’une étole rouge, le maître des lieux crève l’écran de l’admirable fresque grandeur nature qui orne la coupole au premier étage.

 

 

 

Élégance, raffinement, esprit de fête animent encore aujourd’hui sa superbe demeure.

 

 

François Coty, de son vrai nom Joseph-Marie François Spoturno, est né en Corse à Ajaccio. Après son service militaire, il “monte” à Paris en 1898 dans le sillage du député corse républicain Emmanuel Arène. Il y fait la rencontre de la jolie modiste Yvonne et l’épouse. Jusque-là, le monde du parfum lui est inconnu. Mais quand son ami le pharmacien Raymond Goéry l’initie dans son officine et lui donne sa première recette d’eau de cologne, c’est une révélation ! Passionné, il part alors à Grasse parfaire sa formation avant d’installer un laboratoire de fortune à son domicile, au 61 rue de la Boétie où Yvonne confectionne des emballages soignés.

Il change de nom, prend celui de sa mère en troquant le “i” final pour un “y” pour faire plus chic.

 

Visionnaire au goût parfait, François Coty a eu l’intuition géniale que packaging, marketing et publicité étaient les clés de la réussite. C’est ainsi qu’en 1904 il réussit l’exploit de mettre en vente dans les Grands Magasins du Louvre à Paris sa première création : la Rose Jacqueminot. L’Origan, le Jasmin de Corse, l’Ambre antique, le Styx, l’Or, Chypre et finalement Emeraude suivront avec leurs produits dérivés : poudres, crèmes pour le visage, rouges à lèvres, fards.

Le flaconnage et l’emballage jusqu’alors méprisés deviennent des objets de luxe. “ Un parfum se regarde autant qu’il se sent. Il est objet avant d’être senteur” pensait le parfumeur en faisant appel aux cristalleries Baccarat puis Lalique pour les flacons.

 

C’est ainsi qu’au début du XXe siècle il était considéré comme le roi de la parfumerie moderne et même surnommé le “Napoléon de la parfumerie” en raison de sa filiation avec la famille Bonaparte et de l’empire qu’il avait bâti sur le monde l’étendant hors de France et des Etats-Unis, passant des contrats de distribution en Suisse, en Espagne, en Italie, en Allemagne, en Argentine, au Mexique…

“Emeraude” est la dernière création personnelle de François Coty. A 38 ans, très pris par le rythme effréné de ses affaires, il confie la responsabilité des parfums à Vincent Roubert.
Sa carrière est à son apogée, il est considéré comme l’un des hommes les plus riches du monde.

L’émeraude
Le saviez-vous ? L’émeraude est avec le diamant, le saphir et le rubis l’un des quatre gemmes qualifiés de pierres précieuses. La reine Cléopâtre en raffolait déjà mais elle n’a été largement diffusée en Europe qu’après la découverte du Nouveau Monde.
Son nom lui vient du terme grec, smaragdos, signifiant : pierre précieuse verte. Dans l’antiquité elle était synonyme d’amour et associée à Vénus…Quoi d’étonnant qu’elle ait été choisie pour symboliser les 40 ans de mariage !

Pour vivre une nuit dans la maison du parfumeur, aujourd’hui un bel hôtel et restaurant : Château d’Artigny – 92 rue de Monts 37250 Montbazon

Vous pourriez aimer également ....